KoiD9

Nouvelle chronique dans KoiD9. Magazine rock & progressif !

Du Pink Floyd évidemment (les claviers et certains soli qui font irrémédiablement penser à Rick Wright et David Gilmour, les guitares acoustiques au Waters d’Animals), du Genesis (certains plans de claviers ou de guitare font furtivement penser à Tony Banks ou Steve Hackett), mais aussi des groupes français du fait du chant dans la langue de Molière : Atoll, en première ligne (une reprise de “La Maison de Men-Tää” […] figure d’ailleurs en fin d’album), Thiéfaine (pour la voix d’Henri, même si moins grave, et ses textes désabusés franchement épatants), Lazuli (le début de “Fractal et Systémique” est quasiment un hommage au groupe gardois), Nemo ou JPL (pas étonnant, non ?), Ange surtout (le final grandiose de “Un Nouveau Destin” (9:20), “La Vie, Pourtant, La Vie”, deux des trois epics de cet album ; le troisième étant “Il Existe Une Etoile” dédié à John Wetton). Mais que cette liste de références ne cache pas l’originalité du propos, car il s’agit d’une œuvre profondément sincère et dénuée de copie conforme de X ou Y, soyez rassurés.
Renaud Oualid, KoiD9, n° 113, octobre 2020, p. 56.

Koid'9 n° 113
KoiD9, #113, octobre 2020.

This article was written by grandvalmusic.